A quoi servent les NBT ?

L’emploi des NBT vise à développer de nouvelles plantes qui répondent à des enjeux environnementaux, sociaux et économiques. Par elles-mêmes, les NBT ne sont que des techniques pour accélérer la création de nouvelles variétés de plantes, possédant des caractéristiques précises.

 

Les techniques conventionnelles, un long processus

 

double hélice d'ADN de fruits et légumesLa sélection variétale conventionnelle consiste à intégrer une nouvelle caractéristique au sein du génome d’une variété « élite », c’est-à-dire d’une variété considérée comme intéressante du point de vue agronomique et donc privilégiée pour la culture.
Pour cela, il faut croiser la variété qui possède la nouvelle caractéristique souhaitée avec la variété élite. Puis à chaque génération, les plantes obtenues sont recroisées avec celles de la variété élite. L’objectif est d’éliminer toutes les plantes qui ne possèdent pas la nouvelle caractéristique en plus des autres caractéristiques de la variété élite. A la fin (en général après au moins sept générations de rétrocroisement), on obtient une nouvelle variété stable qui possède toutes les traits de la variété élite d’origine ainsi que la nouvelle caractéristique.

 

Il s’agit d’un processus long, qui s’étale sur plusieurs années (selon les espèces, cela peut prendre de 5 à 20 ans), et nécessite la mobilisation de moyens (humains, agraires) importants.


Un exemple simple est celui des arbres fruitiers : il faudra attendre plusieurs années, le temps que le nouvel arbre porte ses premiers fruits, pour savoir s’il a toute les caractéristiques voulues, et renouveler l’opération jusqu’à ce que ce soit le cas. Une telle opération nécessite donc d’importantes surfaces de vergers et un suivi attentif des agronomes pour être certains d’obtenir les caractéristiques recherchées.


A noter que la sélection variétale conventionnelle fait également appel à des technologies de génie génétique, comme la sélection assistée par marqueurs qui permet d’identifier plus facilement les plantes présentant la caractéristique voulue.

 

Les NBT, un gain de temps pour répondre aux défis du XXIème siècle

 

Comparées aux méthodes de sélection végétale classiques, les NBT permettent de modifier directement le génome de la variété élite, en limitant le recours à des phases de rétrocroisement. Les nouvelles plantes possèdent donc directement le caractère ajouté.

 

Grâce à ce gain de temps et de moyens rendu possible par les NBT, l’accès à la création de nouvelles variétés est facilité pour les associations et les PME, qui ne disposent pas de moyens comparables aux grands semenciers.


En outre, les NBT ont le potentiel de répondre plus rapidement aux attentes de la population pour faire face aux enjeux du XXIème siècle :

 

- Résistance à la sécheresse = besoin réduit en eau, ce qui permet la culture dans des régions touchées par le changement climatique

 

- Adaptation aux sols inhospitaliers (acidité, salinité) = adaptation à des sols affectés par la montée des eaux liée au changement climatique

 

- Résistance aux ravageurs, aux maladies, aux adventices (« mauvaises herbes ») = réduction des pulvérisations de pesticides, sauvegarde de la biodiversité

 

- Résistance à un herbicide = réduction des pulvérisations d’herbicides (uniquement en cas de présence d’adventices, pas de traitement systématique avant mise en culture)

 

- Meilleure utilisation des éléments nutritifs contenus dans le sol = augmentation de la production sans recours à de nouvelles terres (lutte contre la déforestation…)

 

- Synthétisation d’un nouvel élément nutritif (vitamine, protéine) ou production en plus grande quantité = réponse aux besoins alimentaires dans des zones sujettes à la malnutrition

 

- Augmentation des rendements de la plante (par exemple le nombre de grains par épis) = capacité à nourrir une population plus importante

Hébergé par Overblog